Aphrodite et Vénus

Aphrodite dans le volume I

Aphrodite (Vénus chez les Romains) est la déesse de l'amour et de la beauté. Dans l'Antiquité, elle faisait l'objet de nombreux cultes, y compris dans le cadre de fêtes dont les plus connues sont celles de Chypre et de Cythère. Elle est omniprésente dans le volume I, sur les décors de vases, de miroirs, de monnaies mais surtout sous forme de statuettes en bronze et en terre cuite, ce qui n'a rien de surprenant : avec 181 occurences, les terres cuites constituent 36% des 468 objets représentés dans ce volume, soit la proportion la plus élevée. Les vases, avec 57 occurences, sont loin derrière alors qu'ils constituent la deuxième catégorie d'objets la plus représentée. Comme la plupart des objets antiques présentant un motif iconographique mythologique, Aphrodite apparaît souvent sur des planches thématiques qui figurent également Éros, son fils.

 

Comment la reconnaître ?

 

Aphrodite est souvent représentée nue, avec pour seul vêtement une étoffe drapée autour de ses hanches, parfois remontée sur ses bras ou sa tête. Elle est souvent figurée debout, en contrapposto (appuyée sur une jambe légèrement fléchie). Parfois elle prend la pose dite de "Vénus pudique" : la déesse cache alors sa poitrine et ses parties génitales à l'aide de ses mains et de sa chevelure. Selon certaines sources, Aphrodite serait née dans un coquillage, raison pour laquelle elle est parfois représentée dans une coquille de bivalve. On la trouve, enfin, accompagnée d'animaux tels la colombe, le cygne ou le bouc.

 

 

Fonction et usages des figurines dans l'Antiquité


Les figurines en terre cuite nous renseignent sur les mythes et les croyances dans l'Antiquité mais aussi sur l'univers technique des artisans qui les ont fabriquées. Les spécialistes ont montré leur caractère multifonctionnel : fonctions votives, apothropaïco-funéraires, domestiques et architecturales. Facile à réalisées et peu couteuse, elles ont pu avoir une multitude d'usages, qui parfois nous échappent ; on hésite ainsi à caractériser certaines "poupées" comme des jouets. En l'absence de sources textuelles et de contextes d'utilisation, les enquêtes ethnographiques peuvent apporter à cet égard des compléments d'information.

  • Vol. n. 1

    vaisselle

    Hermaphrodite ailé, debout sur un buste d’Amour ailé, le haut du corps nu, ...

  • Vol. n. 1

    statuette

    La déesse est debout, le haut du corps dénudé, tenant à deux main son vêtem...

  • Vol. n. 1

    statuette

    La déesse est debout, le haut du corps dénudé, ramené son vêtement devant e...

  • Vol. n. 1

    statuette

    La déesse, debout, nue, ramène un voile devant elle, aidée d’un petit éros ...

  • Vol. n. 1

    statuette

    La déesse est debout, le haut du corps dénudé, ramené son vêtement devant e...

  • Vol. n. 1

    statuette

    Aphrodite nue, debout, la main droite touchant ses chevaux, la gauche baiss...

  • Vol. n. 1

    statuette

    Aphrodite debout sur une haute base quadrangulaire, soulevant une draperie ...

  • Vol. n. 1

    statuette

    Aphrodite debout sur une petite base, le corps se détachant sur une draperi...

Consulter toutes les oeuvres ...

 

 

Postérité

 

Les peintres de la Renaissance, inspiré par la redécouverte des oeuvres antiques, ont fait d'Aphrodite un thème privilégié de leurs oeuvres. La déesse est souvent représentée en compagnie de Mars, son amant, surpris dans leur adultère par Vulcain, son mari. L'accent est alors mis sur sa nudité pour symboliser le caractère immoral et éphémère des plaisirs terrestres.

 

Si la plupart des objets représentant Aphrodite dans les dessins de Muret proviennent d'Italie (14 y ont été découverts ou fabriqués), c'est en France que la majeure partie d'entre eux sont conservés (14).

 

 

 

Bibliographie

 

IMPELLUSO, L., Comment reconnaître les dieux et héros de l'Antiquité, Paris, Hazan, 2003, 384 pages