Le "cabinet secret" du Recueil

Au sein des onze volumes qui composent le recueil des dessins de Muret, l'un a un statut particulier, que rien ne signale pourtant de l'extérieur. Le volume IX, en effet, rassemble dans sa grande majorité des planches traitant de sujets érotiques. Placé au sein de la série, il forme une sorte de cabinet secret, comme la pièce qui au musée archéologique de Naples n'était accessible qu'aux visiteurs avisés, ou d'"Enfer" dans le jargon de la bibliothèque nationale.

On ne sait pas si le dessinateur lui-même a opéré ce choix, ou si ce sont les bibliothécaires du Cabinet des Médailles qui, au moment de la reliure de l'ensemble des planches volantes, ont ainsi fait ce regroupement qui permettait de préserver la pudeur de certains lecteurs. Il est possible que la deuxième solution soit la bonne, car le partage c'est pas parfait, et un certain nombre de satyres ithyphalliques ou de couples enlacés se trouvent dans d'autres recueils.

La céramique grecque

Consulter toutes les oeuvres ...

Une grande partie des oeuvres de la période grecque sont des vases attiques à figures noires et surtout à figures rouges : les ateliers de la fin de la période archaïque ont produit des séries de coupes avec des scènes de séduction,  de couples ou de personnages seuls dans des positions parfois acrobatiques. On remarque aussi un certain nombre de satyres ithypallique dont le caractère lubrique est toujours plus oi moins explicite.

La céramique romaine

Consulter toutes les oeuvres ...

La vaisselle de la période romaine offre également un certain nombre de scènes d'accouplements, de satyres ou de Pans lubriques ; il s'agit le plus souvent de céramique sigillée d'une couleur rouge caractéristique avec un décor en relief, produite et utilisée largement pendant la période impériale. Plusieurs ateliers importants étaient situés en Gaule. Ils ont le plus souvent été conservés sous forme de fragments, très courants dans toutes les collections archéologiques de France.

Les amulettes phalliques

  • Vol. n. 9

    amulette

    Homme-phallus assis, le tronc et la tête, les bras en forme de phallus. Bél...

  • Vol. n. 9

    amulette

    Phallus muni de jambes en course, tendu en arrière ; bélière de suspension....

  • Vol. n. 9

    amulette

    Phallus muni de pattes arrière, en train de se gratter....

  • Vol. n. 9

    amulette

    Appareil génital masculin, bélière....

Consulter toutes les oeuvres ...

On a retrouvé à partir de l'époque moderne beaucoup de petites amulettes, le plus souvent en bronze, figurant un phallus, fascinum. Elles avaient un pourvoir apotropaïque et étaient destinées à protéger celle ou celui qui les portaient, enfants ou adultes.

Sur certaines, un poing fermé, avec le pouce sortant entre l'index et le majeur, était accolé au phallus : il s'agit d'une manu fica. Cet autre symbole évoquant les parties génitales servait aussi de protection : il était par exemple fait, lors de la fête des Lemuria, par le père de famille pour éloigner les mauvais esprits. Ce signe est encore utilisé, jusqu'à aujourd'hui et avec des significations diverses, dans certaines régions d'Europe, mais aussi d'Asie et d'Amérique.

On a aussi retrouvé, notamment à Pompéi et Herculanum, de plus grands phallus en bronze, ailés, parfois avec un des pattes animales, retenus par une chaîne, et d'où étaient attachés de petites cloches dont le tintement participait au caractère protecteur pour la maison (on les appelle Tintinnabulum).

Les planches "érotiques" du volume 9

Consulter toutes les planches ...

Découvrez la multitude des supports portant ces images et leur grande variété.