Le Cabinet des Médailles de Désiré Raoul-Rochette : un centre de l’archéologie européenne

 

Muret est employé, à partir de 1830, au Cabinet des Médailles de la Bibliothèque royale, comme dessinateur chargé de documenter les nouvelles acquisitions ; comme on l'a vu dans l'article consacré à sa biographie, au fil du temps ses tâches se sont diversifiées (moulage, inventaire des œuvres, restauration, accueil des chercheurs), et il y reste jusqu’à sa mort en 1866. A son époque, le Cabinet des Médailles est depuis un siècle un centre important de l’archéologie naissante. Héritier du Cabinet du roi, dont la collection archéologique est surtout constituée à partir du xviiie siècle, notamment avec le don de la collection du comte de Caylus (un site en ligne conçu par la BnF et l'INHA permet d’explorer cette collection), c’est logiquement en son sein que le premier cours d’archéologie organisé à Paris ouvre en 1795, donné par Aubin-Louis Millin puis Quatremère de Quincy  ; c’est le plus ancien enseignement d’archéologie et d’histoire de l’art en France, et jusqu'en 1848 le seul consacré à l'antiquité avec celui de l'école des Chartes.

Le cours de Désiré-Raoul Rochette dans la salle du Zodiaque, gravure publiée dans L’Illustration, 23 décembre 1843, département Estampes et Photographie, Va-237 (2)-Fol.

Un des plus éminents archéologues de son temps succède à Millin en 1818 à la tête du Cabinet des Médailles comme à la chaire d’archéologie : Désiré Raoul-Rochette (1783-1854). Il est rédacteur au Journal des savants pour la section archéologie (1817-1854), secrétaire perpétuel de l'Académie des Beaux-arts à partir de 1838 et l’auteur de nombreux ouvrages et articles. Grâce à son savoir et à son réseau de correspondants dans toute l’Europe, le savant réussit à faire rayonner l’institution dont il a la charge (même s’il lui est adjoint un deuxième conservateur à partir de 1832, c’est lui qui incarne le Cabinet à cette époque). C’est un moment de grande effervescence dans les milieux de l’archéologie classique, avec l’explosion des découvertes en France et en Italie (notamment dans les tombes étrusques de Vulci puis Cerveteri) : il mène alors une politique volontariste d’acquisitions prestigieuses et reçoit aussi de précieux dons, qui viennent enrichir ses recherches et ses cours. Les conservateurs, au cœur des débats scientifiques, acquièrent par achats et dons des œuvres qui tentent de refléter les découvertes récentes et les avancées des recherches. Le Cabinet participe à toutes les grandes ventes publiques parisiennes qui deviennent, dans les années 1830-1850, le lieu principal où acquérir des collections. Le cabinet suit aussi de près les découvertes faites en France et achète régulièrement le produit des fouilles ou des découvertes fortuites, le plus éclatant étant le trésor d’argenterie romaine de Berthouville, entré en 1830 dans les collections de la Bibliothèque.

Depuis la Révolution, une salle est dédiée à l’exposition des œuvres les plus importantes. Le public pouvait voir les collections deux jours par semaine ; les visiteurs étaient "des savants, des artistes, des étudiants, de simples bourgeois de Paris ou de province, des touristes étrangers éclairés (surtout anglais)" [Sarmant 1994, p. 292].

Pour consulter les fonds, de numismatique comme d’archéologie, à partir de 1838, il fallait présenter une autorisation écrite, accordée à un notable (député, juge, membre de l’Institut …), ou sur recommandation d’une personne connue. Les locaux étaient très exigus, aussi les savants étaient reçus là où travaillaient les employés.

Cet entassement favorisait la familiarité, même si, en principe, on ne recevait pas plus de deux savants à la fois. […] En 1848, Lenormant estimait ce public de chercheurs réguliers à cinquante savants parisiens et deux cents érudits de province, ce qui lui paraissait considérable. [Sarmant 1994, p. 294-295]

C'est donc un monde savant assez restreint qui se côtoyait autour des œuvres et pouvait ainsi échanger des nouvelles, montrer leurs collections, partager leurs découvertes. On a vu la place prééminente que Jean-Baptiste Muret y a peu à peu occupé.

Le salon Louis XV du Cabinet des Médailles, dans L’Illustration, 13 avril 1861, p. 237.

Le départ de Raoul-Rochette en 1848, au moment de l’instauration de la Seconde République, marque un tournant dans l’histoire du cabinet. Charles Lenormant lui succède à la tête du département pour dix ans, de 1849 à 1859, avant qu’Anatole Chabouillet  ne prenne en main le département. La deuxième moitié du siècle est le temps de la rationalisation des collections, rendue d’autant plus nécessaire devant le manque de place récurrent pour conserver et présenter les œuvres. En effet, le Cabinet des Médailles était alors toujours l’héritier de l’esprit encyclopédique et des cabinets de curiosité du xviiie siècle, et autour du noyau toujours plus important des collections numismatiques et d’archéologie méditerranéenne, on trouvait un important ensemble de stèles inscrites dans différentes langues anciennes, des antiquités égyptiennes et proche-orientales, mais aussi des armes, un fond d’histoire naturelle, des collections ethnographiques… Les fonds d’acquisition, moins importants, sont peu à peu orientés vers la numismatique, mais la générosité de grands collectionneurs continue encore à accroitre les collections ; parmi les dons, le plus important est celui de la collection du duc de Luynes, en 1862. L’arrivée de ces œuvres, que la bibliothèque s’engage à exposer dans une salle spéciale aménagée, précipite la décision de reloger le cabinet à un autre lieu du quadrilatère Richelieu en plein remaniement. Mais les travaux sont longs : en 1865 le salon Louis XV est mis en caisse et les collections installées dans des locaux provisoires à l’angle de la rue de Richelieu et de la rue des Petits-Champs. Jean-Baptiste Muret qui meurt en 1866 ne vit donc jamais les nouveaux espaces aménagés le long de la rue Vivienne, ouverts au public en 1916.

 

Cécile Colonna

Pour citer cet article : Cécile Colonna, « Le Cabinet des Médailles de Désiré Raoul-Rochette : un centre de l'archéologie européenne », dans Digital Muret, mis en ligne le 03/10/2022, https://digitalmuret.inha.fr/s/digital-muret/page/cabinet_medailles

 

Lire la suite : Objets dessinés, objets collectionnés.

Bibliographie

I. Aghion, M. Avisseau-Broustet, A. Schnapp (éd.), Histoires d’archéologie : de l’objet à l’étude, Paris, INHA, 2009.

F. Bodenstein, « A Show of Generosity: Donations and the Intimacy of Display in the ‘Cabinet des médailles et antiques’ in Paris from 1830 to 1930 », dans K. Hill (éd.), Museums and biographies: stories, objects, identities, 9, 2012 [en ligne].

F. Bodenstein, L’histoire du Cabinet des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale (1819-1924) : un Cabinet pour l’érudition à l’âge des musées, thèse de doctorat, Paris IV, 2015, thèses.fr

V. Desclaux, « La formation de l’enseignement archéologique et égyptologique en France », in L’Antiquité à la BnF, 27/03/2020.

È. Gran-Aymerich, N. Lubtchansky, « Raoul-Rochette, Désiré », dans C. Barbillon, P. Sénéchal (éd.), Dictionnaire critique des historiens de l’art actifs en France de la Révolution à la Première guerre mondiale, Paris, 2010.

È. Gran-Aymerich, « L’Europe des savants : Désiré Raoul-Rochette et ses correspondants allemands (1818-1854) », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 2004, p. 48‑50.

È. Gran-Aymerich, J. von Ungern-Sternberg (éd.), L’antiquité partagée : correspondances franco-allemandes, 1823-1861 : Karl Benedikt Hase, Désiré Raoul-Rochette, Karl Otfried Müller, Otto Jahn, Theodor Mommsen, Paris, 2012.

S. Jaubert, L’archéologie selon Charles et François Lenormant : enquête historiographique sur l’archéologie du XIXe siècle, thèse de doctorat, soutenue à l'Université Paul Valéry, 2008.

É. Lehoux, « L’enseignement de l’archéologie au 19e siècle : Aubin-Louis Millin à la Bibliothèque nationale », L’Antiquité à la BnF, 2017.

N. Lubtchansky, « L’oeil du savant : le cours sur l’art étrusque de Désiré Raoul-Rochette à la Bibliothèque du roi (1828) », dans A. Fenet, N. Lubtchansky (éd.), Pour une histoire de l’archéologie XVIIIe siècle - 1945. Hommage de ses collègues et amis à Éve Gran-Aymerich, 2015, p. 363‑380.

T. Sarmant, Le Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale, 1661-1848, Paris, 1994.

L. Therrien, L’histoire de l’art en France : genèse d’une discipline universitaire, Paris, 1998 (not. p. 37-52).

« Histoire de la collection d’antiques », dans Mythes et Images au Cabinet des Médailles, site est réalisé dans le cadre d'un programme, soutenu par le LabEx Les passés dans le présent (ANR-11-LABX-0026-01), associant la BnF, le LIMC (ArScAn-UMR7041) et l'USR3225 de la MSH MAE.